Le Sacré-Cœur du COVID-19 QUAND L’HOMÉLIE TOMBE

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Le Sacré-Cœur du COVID-19 QUAND L’HOMÉLIE TOMBE
  • Entre (). É.U., bientôt 25000 cadavres dans l’American «great again» de D Jr Trump, l’abbé du deal tombe et retombe tel que prévu à 12H71, près de 25 000 morts sur les bras. Fermons ().

Est-ce par hasard, j’ai reçu une note sur la signification réelle de «Bible» en son sens littéral. Traduction grecque & hébraïque. Ouverture liturgique de besoin d’une nouvelle homélie, le nom m’interpelle. Mémoire sémantique anecdotique, conjoncturelle. Il y a référence : Bérée ! Deux choses, d’une part pasteur Isidore des Béréens de Bridgeport a un frère ici au Canada, et d’autre part, le colosse de Brooklyn, pasteur lui aussi, son ami le révérend pasteur Marius Narcisse, homme de dialogue amant du foot. Ça va plus loin, école solidaire et fraternité qui durent depuis Haïti. Esprit critique en quête de savoir, débat ouvert, pour qui le ventre a ses effets aussi. C’est ainsi que je l’apprends, P Marius traverse sans apocalypse sans relations sans accompagnement, tout seul. La foi a cédé au trépas. Certains noms sont fictifs/réels.

L’église se tait cette fois-ci sans le médecin qui opère le miracle revendiqué. À la 1e occasion Dieu y re-sera. Gageons que chacun a son image précise de Dieu, comme C Colomb en avait une semblable. En outre, en dehors du travail, comme les conseils dans le laboureur et ses enfants… «Tu seras un homme mon fils», absolument personne n’a encore réussi à multiplier le pain ni les poissons sur la table, que dire de mettre le lait et le miel là où il n’y en a pas.

Il n’y a pas plus du trimestre depuis que j’ai publié sur l’homélie adventiste dans le cadre de Trump en procès au sénat : la prière sans homélie du rev Barry Black au sénat. Le mal du 2019 CnV était déjà là attendant la meute de pourfendeurs de justice. L’Église américaine n’a pourtant rien dit. Affamé de gloire, Donald J Trump ignora ce qui l’attendait à l’angle mort de l’ange de la mort. Pat Robertson, … personne ne semble lui avoir dit la vérité. Il va être responsable politiquement de la mort de plus de milliers de citoyens dont il a promis d’en faire une «America great again». Comme vous le voyez, la politique sert de bouclier à la foi qui elle non plus n’a pas livré d’après les promesses de ses homélies. Peu importe le jour.

C’est dans cette optique que j’ai soulevé récemment mais avant le jour des morts (qui n’est pas en novembre mais en ces jours de gloire de Donald J Trump qui trompe) : Mitt Romney est-il le curateur de Dieu au sénat ? Évidemment Mitt Romney est le Mormon dans cette diatribe sur les autres de la foi. Personne ne contestait d’ailleurs. Le mal nous rongeait dans l’église depuis La poussière Barbarin va drainer le Vatican vers le bas. Constatons que pape François célèbre tout seul, avec des photos sur les bacs vides d’humains, comme à l’habitude avec ces images présentées au culte comme forme de psychothérapie pour le présentateur que de la piété du regretté disparu. Pasteur Marius Narcisse fait désormais partie de la liste cachée du discours mais tellement présente dans la mémoire qu’on le projette chez l’élu de Dieu au ciel pour répéter frère loulou, d’une école du sabbat chez le voisin autrefois frère réformé. L’assemblée est ainsi déserte par la force des autorités sanitaires, pour protéger la foi entre autre car sans humain, pas de foi. Alors, rappelez-vous qu’en janvier dernier, le débat faisait rage à l’église adventiste du 7e jour de Saint-Hubert, sur la responsabilité de Donald Trump, dans les considérations du directeur de l’école du Sabbat. On était si loin du présent, tellement enfoncé au passé imperceptible que l’avenir rapproché n’a compté. Oh, le prophète post factum ! Il est muet dans « toute chose concoure pour le bien de ceux qui aiment Dieu». L’éternité a pris un autre sens quand le deuil se fait par la fenêtre. La peur. Qu’avons-nous donc fait… de notre assurance ? Idem, rassurez-vous le prophète n’a rien dit.

Un ami m’a dit à l’occasion de la publication de Notre-Dame de Paris brûle ou le spectacle pyrotechnique de l’erreur française que je prenais beaucoup de risques. Les cathos dans son discours ont la main, de préférence le bras étendu. Hélas, il y avait eu aussi un autre, Éflise’l catholique romaine ce crime séculaire impuni. Salman Rushdi aurait craint ma place alors. En outre, Le Pékinois n’a pas d’apocalypse en Chine, m’arrangea la chose récemment car il est plus nombreux que Rome, pour me défendre. Haïti m’aidera aussi parce qu’antérieurement, Abbé nourrisson contre prince méphistophèle, renforça déjà ma défense. Néanmoins, ils ont tous en commun, l’homélie qui promet sans rien livrer mais qui par contre a tout pris pour forger la richesse qui domine, exploiter la veuve et l’orphelin. Ce n’est donc pas un hasard que je revienne dans le cadre de COVID-19 avec l’affaire de l’homélie mais des saints perdus de Dieu par déclamation. Revenons à Marius Narcisse pasteur de Brooklyn. Prier sans veiller.

Une allergie, une hospitalisation, une interdiction de visite, un mort, à terre, Marius meurt. À la terre ce qui est à la terre, les âmes se séparent des amitiés. Elles évoquaient savamment Dieu en suggérant quelque part que la vie est la grâce accordée par Dieu à ceux qui l’aiment. Quand il y avait un accident. Mieux, à ceux qu’il aime car les autres sont légers et partent comme l’herbe en fumée dans le champ, dessein du créateur. S’est-on trompé en homélie ?

Pas de pain sur la table ni de lait pour la veuve et l’orphelin… Il faut attendre pour COVID.

Il me faut faire une mise au point avant de continuer afin de m’éviter la radicalisation déployée contre Salman Rushdie, sur le dos. Je ne suis pas en guerre contre la foi adventiste. J’ai d’ailleurs publié l’homélie adventiste est-elle bienvenue dans les couloirs de l’ONU ?, à leur crédit. Je ne suis pas de mauvaise foi, je prie d’ailleurs comme tous, mais avec l’œil ouvert sur «priez», et sur «veillez» aussi. La problématique créée par le Québec de F Legault m’a même poussé à publier L’épiphanie adventiste dans le quorum des relations internationales de laïcs à l’ONU. J’avoue en fait d’avoir publié non sans raison, mais par provocation aussi au Québec qui nourrit ces mêmes vives : les quatre faces du diable de Lyon ou Preynat protégé de Barbarin. Rappelez-vous de Barbarin croit au seigneur pour le sauver de la correction des geôles: tandis que je savais que la justice française était étriquée comme au Québec quand il s’agit de la religion  chérie des indulgences. Nous sommes dans les ombres religieuses de MMVI. Aujourd’hui, il est un fait certain, les accusateurs serviteurs zélés de Dieu ne peuvent pas prier pour arrêter le CORONAVIRUS, ils ne l’avaient pas prévu non plus que dire de prédire sa fin ou la non-venue d’un autre quand on parle de fin du monde par la perversion de l’Homme dans le sens humain. Tout le monde tombe. À Marius Narcisse à Brooklyn, toutes les homélies sont vaines, JW Isidore dans ses prières de Billion de $ en faveur de l’éducation reforge le silence. Ce n’est pas une critique, ils sont mes amis. Cependant, Dieu a-t-il lâché le juste puisque le monde contraire tombe par la même vitesse, n’attendant plus Satan séduire les plus saints déclarés. La mort frappe par COVID-19. L’ange de la mort pour certains, Baron pour l’Haïtien, sans que je fasse dans le Prédicat : homélie et lendemain 18 octobre 2018 en Haïti.

Comprenons alors par ceci : l’homélie du pasteur s’il propose Pharaon comme l’ennemi de Dieu, le Diable en personne qui menace les enfants d’Israël protégé par Dieu envoyant la peste, les sauterelles, le feu avant la Mer Rouge malgré le veau d’Or des enfants téméraires, le Coronavirus frappe tout venant et à tout venant, à la vitesse de l’éclair. Et, la rage de la foudre au point de ne pouvoir envisager de sépulcre pour quiconque réputé contaminé. Voici ce qui fait les manchettes dans la presse : surprenant. Saisie d’alcool dans une synagogue hassidique, durement touchée par la pandémie le 26 mars 2020. Alcool réputé illégal d’après l’article de la SRC sur le sujet, alcool que l’on croit être sorti en Ontario. Le rabbin va-t-il se justifier de désobéissance ? Le Pape François ou l’erreur du Vatican sur les Païens ou, Car. Barbarin démissionne, n’est pas la rage anti catholique quand j’y suis né dedans avant de partir ailleurs sans meilleur. N’allez pas croire que je vends à crédit des crédits aux scientifiques qui ont placé leur foi dans cette démarche. Foi quand même. Peu importe en qui en quoi. Ils ont l’homélie silencieuse aussi.  Le Vatican d’ailleurs doit se protéger de COVID-19 pour la fête de Pâque, la bénédiction de pape François Bergoglio est nulle et sans effet malgré le rituel du temps de guerre approprié avec le grand livre doré et le visage de la mort, et de sa peur. Ou, de la mauvaise conscience.

Il n’y a donc pas de juste ni de plus juste dans l’analyse dans l’observation dans le constat tant de l’initié, du néophyte que du critique philosophe. Va-t-on fermer boutique simplement ou réformer pour réveiller finalement, ce n’est pas de ma tâche de le dire. En outre, le menteur est universel dans la foi, et le commerce est aussi lucratif pour ce que l’on appelle le marché des auditoires. Puisque le pain et le lait ne sont pas sur la table par miracle ni le poisson multiplié pour la foule, que dire du masque N95/3M qui disparaît aux É.U., et que le FBI retrouve dans un couloir près de chez les juifs de New York, ce qui semble-t-il aurait dû aller trouver les gens mourant, exposés et personnels traitant via Cuomo Gouverneur, chez tout le monde, bien de la veuve et de l’orphelin.

Rappelons-nous alors de la note du mois de janvier 2020, le Rev. Barry Black au Sénat priant Dieu pour un procès  juste en justice. Adventiste militaire, il n’est pas aussi preux que dans la demande du larron au moment de la mort de Jésus sur le bois du calvaire, en cette même période que nous vivons. Parodie de justice nous disent tous les médias sauf Fox News. Dieu n’a pas répondu pour justifier sa prophétesse EG White qui voyait le mariage mixte fautif ?  

Même homélie chez le père Campion qui condamne la révolution haïtienne qui a fait de lui un non-esclave né. Quand son Vatican est à genoux, et l’infirmière debout malgré atteint et vulnérable. La distanciation sociale règne même au sanctuaire, au nom de Dieu ?

Plus que l’homélie du prêtre, les prières des réformés se remettent à l’autorité de l’État, des autorités sanitaires pour être plus précis. Est-ce un aveu d’échec, le masque tombe, quand leur message est réveil et réforme, réforme sanitaire, par exemple pour les adventistes du 7e jour qui accompliront peut-être leurs CC ans en 2044 si COVID-19 ne détruit pas tout chez tout le monde.

Hélas, la prière qui ne répond pas au métier de charpentier que Jésus apprenait de Joseph, c’est à dire : «tu gagneras ton pain à la sueur de ton front», ne fonctionne pas sur les civières des hôpitaux avec COVID-19. C’est, selon la foi, une ordonnance, une condamnation. Défi que prétend relever le singulier des leaders spirituels toutes fois confondues. Est-ce en fait çà le marché des auditoires qui ramène des foules, mais qui réclame des droits, la monnaie, au nom de Dieu ? Pire, quand on revendique le pouvoir du miracle de la guérison du médecin traitant pour l’approprier à Dieu sans éléments de preuve, sans qu’il le demande ainsi, mentir pour lui pour gonfler les rangs ? Revenons au sénat américain avec Mitt Romney le curateur de Dieu, le 12 fév. 2020 dans l’affaire de la parodie de justice made in Trump mise en scène par le duo Mitch-Graham au Sénat des É. U. Mitt est-il l’annonciateur ?

Est-ce de là que prend chair la promesse comme la menace de la liturgie de la parole, l’homélie en bref ? Acte II, le Coronavirus vient de rappeler que les vierges folles n’avaient pas d’huile dans leur lampe, les greniers étaient vides, même que l’État contribue par ses programmes et ses exonérations qui remplissent le service adéquat. Aussi, c’est le chirurgien qui résout le problème du mal devenu maladie, que le prédicateur revendique en réussite au nom de Dieu. Personne ne s’y attendait !

Grande différence il faut le dire, ce sont les critiques de ces milieux contre l’État et contre la science pour tenir en laisse le fidèle, l’adepte, le membre. Oui, l’affaire du pouvoir de contrôle sur la maladie est purement politique car ils ont volé le droit des autorités sanitaires, et nul Daniel dans la cour du Roi n’a vu venir, ni de Moroni ou EG White n’ont su prédire depuis les temps réclamés prophétiques sur une si grave affection qui menace l’être humain sur terre. Barry.

Si l’on se met à aimer son prochain, ne pas lui voler son masque en prime, en situation de crise globale mortelle ! L’échec de la foi dépasse là le malheur du COVID-19, n’en déplaise au collecteur de dîmes et offrandes chez la veuve et l’orphelin. On est tous des vierges folles qui dans la nuit n’avaient plus l’huile dans les lampes puisque sans talent pour exercer le miracle collectif de la foi contre COVID-19. Mitt Romney le mormon avait-il raison de mettre en garde l’Amérique ?

Opérons par une simulation sur un fait réel vécu. Les noms peuvent changer en fonction de la confidentialité, sauf pour le cas spécifique du pasteur, ce pour une meilleure compréhension.

Mon engagement personnel.

  • Message du 29 février 2020 au responsable de l’école du sabbat. Je ne serai pas là ce matin, LR. Merci de me remplacer. Daniel
  • p.s. attention aux salutations rapprochées ce matin car les conseils d’urgence demandent la prévention. Le COVID-19 est en alerte au Québec aussi. L’OMS est très sérieuse là-dessus. C’est une mesure de prévention sérieuse à ne pas négliger ni à sous-estimer. Bon sabbat, Dan.
  • Le 12 mars 2020 au gens de ma communauté religieuse : ps. Attention : rappel important et renforcé de l’OMS sur le COVID-19. Attention aux salutations rapprochées en tout temps. Le masque réduit la corde de transmission mais ne l’élimine pas. Se laver les mains avec du savon et aseptiser les poignées de meubles et frigo. Isoler les mouchoirs papiers souillés. Les conseils d’urgence demandent la prévention avancée. Le COVID-19 est en alerte maximale au Québec aussi. L’OMS est en état d’alerte mondiale sans discrimination. C’est une mesure de lutte sérieuse à ne pas négliger ni à sous-estimer. Je rajoute pour les croyants : la foi est intemporelle mais le virus est de la gestion du matériel. Évitez les risques, c’est un impératif. Il semble que les solutions salines aident à aseptiser. Salutations fraternelles et bon sabbat, Dan.
  • Le 13 mars 2020 j’écrivais ceci à un ancien de la communauté : il faut canceller le service de samedi …. Je crois que les écoles vont faire de même car ce sont des milieux à haut risque étant donné la proximité des fréquentations. Plusieurs congrégations le font d’ailleurs et s’organisent pour des cultes à distance ou online. Les gens fonctionnent comme ça par téléphone pour les lignes de prières. J’ai vu hier le comportement du personnel avec un bébé, à G Academy. La familiarité et les sensibilités mettent à risque la proximité dans les conversations intimes, rend vulnérable. Il faut faire la prévention car la gestion du temporel fait dans le matériel et ici pour le COVID-19 ce sont les autorités médicales qui sont en charge. J’ai lu la note de la fédération sur ses avis de prévention depuis janvier. C’est faux et mentir car j’ai dû faire circuler une note personnelle par Whatsapp en février étant donné le vide de précaution. Dieu nous invite à la responsabilité. Bon sabbat frère.
  • Le 19 mars 2020 je lui envoie une note du journal de Montréal en disant ceci : tu liras le dernier paragraphe encadré, ca ne vient pas de moi.

Ainsi par la suite il m’envoie une note de l’église disant fermer le samedi enfin.  Le pasteur de l’église (L Vicuña) avait fait fi des avis pour prétendre suivre Québec qui impose un quota de moins de 50 membres réunis. La proximité n’avait plus son sens ? Son homélie a échoué.

Je ne critique pas la foi en soi ici mais l’homélie de toute dénomination religieuse tombe.

print