Le Sceptre de Louverture ou Le SPECTRE Louverture… d’un pays méconnu (3/7)

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Le Sceptre de Louverture ou LE SPECTRE LOUVERTURE
  • HAÏTI Cette Partie Inconnue qui Émerge de NOMS Connus d’un Pays MÉCONNU (3/7)
  • Entre (). La diplomatie étrangère en Haïti veut-elle se transformer en problématique politique avec ses communautés haïtiennes présentes outremer : est-ce ce choix sensé ? Fermons ().

Si vous aviez lu de Cauna dans l’affaire Napoléon Bonaparte évincé, vous avez probablement retenu le nom de Toussaint Louverture. Lequel Toussaint a fait l’objet d’un film réalisé par Philippe Niang, en 2012, même si l’ambition dépassait largement ses moyens (c’est là où dire sur grand écran). Ce nom qui reprend de l’espace de plus en plus que le temps va et revient, et de plus en plus que le territoire s’inscrit là où il y a présence haïtienne, sauf en France nonobstant Pontarlier. Cendres, il a été rapatrié sur l’Île au temps où l’on ne se l’imagina pas, mais voici l’histoire d’un sceptre, il refait surface après plus de deux siècles. Et, il intrigue. À commencer par l’héritier. Pourquoi, ou tout simplement il y va de quoi, la réponse n’est pas évidente. Royaumes, empire du passé, filii, sont conjointement convoqués par l’histoire par des intérêts par des actions bilatérales, multilatérales. Toussaint Louverture se retrouve sans avis en plein centre d’un revirement, non pas celui de Toussaint expliqué dans les manuels d’histoire, mais de l’Histoire qui nous ramène des cendres, de la poussière. Ce pays méconnu où je propose une fois de plus l’accompagnement de Jean-Pierre Bailly sur le terrain.

Je rappelle par cette courte parenthèse conjoncturelle de l’observatoire que nous sommes sur la piste des nouveaux rails du développement tardif où, comme dans le temps avec Toussaint en la dualité, français-précurseur de l’Indépendance haïtienne, l’écho des noms connus se fait en double résonnance axé en parallèle sur les deux ports : embarquement et débarquement. Jean-Pierre Bailly est en Haïti, et cinéaste après être vignoble en France dans la même France qui dit-on, garde les enfants de Toussaint, à Bordeaux. Rassurez-vous jusqu’ici, la curiosité est haïtienne, la requête est ignorée sous la manche, nous avons délayé le Gili’s Burger de Bailly. 

Quand nous avions soulevé la poussière africaine qui montait du golfe de la Guinée vers le golfe du Mexique, en croisant l’axe du Groenland pour redescendre sur les côtes haïtiennes, se déposer près de Mouillage Fouquet, je n’avais aucune raison de croire ni de suspecter un quelconque lien avec ce qui allait se passer comme un fil d’Ariane à l’envers qui se déroule. Une part des initiés de la République, même ceux d’outremer avaient réagi en réclamant les instructions. Pour la suite. Initiés en quoi : les requêtes reçues nous portent à croire un large éventail de domaines. Ce que nous ignorions alors, c’est qu’il y aurait un côté scientifique perdu dans les viscères de la République sous sa forme d’oralité, donc avec le timbre du biais systémique en passant par l’âme poétique des Griots bien mêlée au Vaudou, qui pouvait s’y retrouver. Le cinéma en parle pourtant, même si c’est dans le courant marin du candomblé (santeria), particulièrement du Brésil (Salvador, Recife) à Havana Cuba. Il y a peu de cela, un documentaire-fiction explique le trajet de population noire d’Égypte émigrée pour couler les colonnes mayas que j’ai personnellement visitées dans tout l’état du Chiapas au Mexique vers 2009, en corrélation avec un voyage organisé par le gouverneur Sabines Guerrerro afin de promouvoir cette zone riche en rebondissements socioculturels et historiques. Des zones d’ombre m’avaient imposé des recherches plus élaborées, donc un espace temporel au point que je m’interrogeais sur l’utilité du sujet et sur la validité de la méthode. Un important axe doit aussi son retard à ces recherches basées sur le flair plutôt que sur des indices clairs. C’est dans ce contexte que 2010 post séisme, m’a ramené la poussière africaine qui montait du golfe de la Guinée pour atteindre le golfe du Mexique en croisant l’axe du Groenland, pour se déposer sur les plages de Mouillage Fouquet. Fantaisie pour le scientifique classique, car la matière n’y était sinon dans l’oralité maladive haïtienne déjà imaginaire. Mes entrailles m’indiquèrent une voie, d’où le potentiel sceptre de Toussaint Louverture aujourd’hui.

Pourquoi ce débat aujourd’hui ?

Il appert que le sceptre de Toussaint existerait (en possession de la famille X). Il lui aurait été offert par le roi d’Espagne de l’époque vers 1792 puisque fabriqué par un orfèvre de Séville, en Espagne, gravé de son nom ci-dessus. En or massif, il s’agit de le prouver. S’il revêt de la valeur boursière en matière de monnaie d’échange, il revêt aussi d’une valeur patrimoniale qui explique le statut de l’homme jamais explicité par une preuve matérielle indépendante d’époque, disponible, en termes comparatifs (que l’on conserve dans les musées du monde, et dans les manuels d’enseignements d’histoire, dans les archives nationales aussi). Il revêt aussi de la valeur mystique dans ce pays méconnu où tout est profilé avec le pouvoir d’un dieu puissant. L’avoir conservé est aussi d’un héroïsme caché dans ce monde connu post Louverture, où les mots trahison, crimes, vengeance, etc., sont monnaie courante (l’histoire des tsars de Russie en témoigne largement). Pourquoi donc ce débat aujourd’hui, c’est plus qu’un débat si c’est un fait. Un problème majeur survient par contre, une certaine indication porte à croire que le président décrié d’Haïti serait l’obstacle à ce dévoilement. La sensation veut qu’il ait du sang sur les mains et que tel patrimoine ne doive pas être à sa portée, targue les noms connus de ce pays méconnu. Mage sera celui qui en découdra avec cette nouvelle histoire imaginaire réelle qui réclame plus que l’œil exercé d’Ady Jeangardy, mais du musée.

D’un autre point de vue, les offres de certains grands empires d’autrefois, de ces royaumes hérités, ne seraient pas négligeables. La RD ne serait pas non plus indifférente à une telle acquisition (la montre de Toussaint lui y serait déjà vendue par la descendance à Bordeaux, en France, prenant de vitesse l’acheteur haïtien, nous rapporte un amateur). La rumeur cite Leonel Fernández Reyna, ancien président, candidat aujourd’hui (possède la plus grande bibliothèque d’ouvrages sur Haïti) y serait intéressé par les effets de Toussaint Louverture. Mais, impossible d’y vérifier, ce, dû à certains risques éventuels en matière de sécurité.

Comprendre Louverture dans l’Ouverture 2020

Pourquoi vouloir réintroduire Napoléon Bonaparte tandis qu’il a perdu sa guerre alors qu’on voudrait réduire Toussaint Louverture qui l’aura évincé malgré : prison à Joux, séquestration, dépossession, humiliation, tromperie, en obtenant en finalité ses prévisions «les racines sont profondes et nombreuses». Est-ce l’obsession prolongée enfant du complexe de petite taille de Napoléon Bonaparte qui de fait a fini ses jours en détention aussi sur l’île St Hélène, à la même enseigne qu’il avait fait enfermer Toussaint Louverture avec le sentiment de cruauté qui ne lui a pas été infligé. Car, il garda tant de libertés de mouvement, le droit à la sépulture humaine. Ou, rêve obsessionnel de notre part comme une illusion due à notre état de, alors non. Toussaint n’a pas eu droit à la rédaction de quoi que ce soit, même pas à titre de citoyen français, pour que ses paroles eussent brillé à l’Académie française avec un siège. L’épée de Legba n’a encore rien trouvé, ne fût-ce que par délire. Legba y est inscrit depuis ce jour sans effet connu pour l’ouverture 2020. Ouverture, oui Toussaint créa des ouvertures.

J’ai donc demandé au professeur Georges Eddy Lucien, géographe et historien dynamique (recommandé par le professeur Josué Mérilien, lui-même, par Jean-Pierre Bailly… de ce pays méconnu), d’opérer une simulation historique moderne pour nous, comme si le sceptre était réel, dans cette histoire vivante où l’Haïtien trouverait peut-être cet élixir qui referait de lui ce héros endormi réveillé. Ira-t-il jusqu’à la faire géographiquement aussi, c’est une fortune. Comprenons alors que Toussaint Louverture était ce général français aussi d’où : dualité. Le professeur Georges Eddy Lucien est celui sur qui j’ai publié l’alphabet des jours des lieux de Pétion-Ville, dans la foulée de ces noms connus d’un pays méconnu. La tâche lui est donc proposée, mais à sa recommandation, aussi par rapport à son savoir. Il y a plus !

Le chercheur Pierre Enocque François Ph. D. est sa recommandation dans le cadre de notre démarche qui porte à découvrir ce pays méconnu où nous demandons à chaque sujet visité de nous proposer une autre valeur à découvrir. De ce laborieux ouvrage intitulé : Système Éducatif et Abandon Social en Haïti (Éditions Universitaires Européennes/2016), Pierre Enocque François fait ressortir en P.43 la notion de «la culture d’urgence» (que l’on verra exposer aussi en mars dernier, par l’auteure haïtienne Yanick Lahens, au Collège de France et à l’émission France Inter). Et, il l’étale sur le même spectre du «théâtre intégrateur» de Victor Éternel (grand voisin d’en face qui s’y justifie par Augusto Boal, théoricien du «théâtre participatif» ou «de l’Opprimé» (politique) essayé en atelier thérapeutique à l’IUSMM avec le Dr Alain Lesage Ph. D., vers 2015. C’est donc dans ce contexte que j’ai demandé aussi au chercheur Pierre Enocque François Ph. D. de simuler en éducation à sa convenance, la réappropriation potentielle du sceptre de Toussaint Louverture, s’il exista ou s’il retrouvait ses titres de noblesse, en 2020 en Haïti République. Je réitère, c’est une simulation, mais sur le potentiel qui concernerait dès lors, l’Haïtien des pas du caniveau comme celui du couloir de l’université. Christophe Jost disait en Suisse, en 2006 : «le noir est éduqué pour exécuter».

[LA SIMULATION]

Haïti, la première république noire, après plus de 200 ans d’indépendance est parmi les pays les plus pauvres de la planète. Les maigres ressources disponibles ne sont pas investies de manière à avoir des résultats sur le long terme. À longueur de journée, aux heures de classe, plusieurs centaines d’enfants et de jeunes sont victimes de marginalisation sociale dans les rues de la Capitale et des principales villes de province. La situation de ces enfants et de ces jeunes les conduit à vivre d’une socialisation marginalisée. Ce sont des abandonnés sociaux. Et si l’on investissait réellement dans l’humain! Et si l’on investissait dans l’éducation de tous les enfants et les jeunes du pays ! 

En effet, l’humain est la première source de développement d’un pays, particulièrement, l’esprit humain. Et si l’on investissait dans l’esprit humain de tous les enfants et de tous les jeunes du pays, et que certains n’étaient pas des abandonnés sociaux ! 

Haïti, comme tout autre pays en voie de développement et contrairement à certains pays dits développés, est un pays ayant une population très jeune. Le poids de la population jeune (15-34 ans) dans la population totale est très important en Haïti (36.1%). Dans 20 ans, en 2040, la population jeune atteindra environ 4.5 millions. Et si tous les jeunes qui le désirent accèdent facilement à l’enseignement supérieur! Le système actuel d’éducation se trouve dans l’incapacité d’assurer l’accès de tous à une éducation de qualité. Tel qu’évolue la démographie de la jeunesse haïtienne et pour pouvoir bien prendre en compte à la fois, les besoins éducatifs des enfants et ceux des jeunes de 15 à 30 ans, deux ministères distincts s’imposent : un Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) qui s’occupe de l’éducation de tous les enfants et d’un Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Pédagogique pour répondre aux besoins éducatifs des jeunes et développer la recherche scientifique en Haïti. [fin de simulation]

Qui sont les enfants de Louverture dans l’histoire du patrimoine

Toussaint Louverture était français. Le Français d’aujourd’hui s’enorgueillit de cette manière quand Diderot parlait des Lumières (profond paradoxe décanté par Pierre-Henri Trouillot) et des droits de l’homme au sens de l’universalité ? Paris doit sans aléa des explications à ses élèves en histoire pour leur avoir menti, mais, surtout trompés volontairement afin qu’ils se sentent supérieurs par un faux sentiment de grandeur. C’est là l’importance du sceptre de Toussaint Louverture donné par le roi d’Espagne, dans toute sa symbolique et dans toute sa grandeur comme simulation historique géopolitique éducationnelle. Le Noir aurait alors hors de tout doute, été plus grand que la grandeur réclamée de ses victoires de ses guerres, de la France. Complicité : on l’aura caché, et il serait de l’âme haïtienne de ce pays méconnu ?

Il m’a fallu les fractions de sept têtes d’homme choisi pour apposer le spectre d’une tête de femme quelconque pour faire naître l’image de la tête d’un enfant de 1804 de Dessalines, dans un pays réputé mystique pour la collectivité

Ses «racines sont profondes et nombreuses», Toussaint parla-t-il de son rapport génétique ou de ses rapports insulaires élargis ? Moult fois nous réduisons Toussaint Louverture à une partie d’Haïti tandis que nous élargissons le Bolivarisme à Haïti pour nous croire d’un rapport rapproché comme axe de fierté. La RD dans ses récits malgré une certaine animosité pour le sujet, ne peut s’en écarter sous prétexte que Tousssaint aurait trahi l’Espagne. Louverture est un incontournable de l’histoire de la RD qui, mal habile tente de réhabiliter Trujillo en effaçant un pan de mémoire que Leonel Fernández Reyna en prêtant serment lors de sa première présidence, eut à dire de cette époque de cet homme : la dictature, la honte, etc.

Il n’est donc pas plaisant de soulever le caractère du guerrier ni celui du généralissime plénipotentiaire Toussaint dans une période de guerre et d’une telle intensité, avec autant de territoires. Il est en outre irresponsable de ne pas se saisir de l’opportunité pour soulever la question qui est pourtant sur toutes les lèvres avec la descendance de tout quidam voyageur, exilé, en poste…, etc. Toussaint de son vivant avait-il des enfants naturels nés de la guerre, de conquête, en RD ? Ils seraient là des enfants abandonnés, on peut le présumer. Le caractère des militaires haïtiens connus ne le présenterait pas comme responsable non plus. Il faut néanmoins soulever la question malgré sans réponses connues d’autant plus que  l’Europe louverturienne de l’époque exilait tant enfants des rois dans les colonies pour les cacher. L’Europe louverturienne, oui car l’acte de Toussaint Louverture en remettant ce trésor colonial à l’Espagne en écartant l’Angleterre par la négociation et la France par la ruse militaire, ne pouvait ignorer une telle poigne qui résolument leur imposait plus qu’une retenue, mais une volonté qu’on a prêtée à tant d’autres de moindre importance, jusqu’à vouloir faire de Napoléon un immortel tandis qu’il a fini tel que l’on sait à Ste. Hélène. La mémoire de cette Europe a peut-être du spectre de Toussaint Louverture encore aujourd’hui pour le cacher à ses enfants dits de race, de rang, de souche, d’héritage. Le sceptre parlerait.


Note postface : la France est citée ici dans un contexte historique, mais non pas comme sujet de revendication. Les rapports familiaux Louverture-Baptiste ne nous engagent pas sur toute  voie autre que celle de dévoiler des noms connus dans ce pays méconnu. Remerciements à Pierre Enocque François pour sa simulation. Remerciements anticipés à Georges Eddy Lucien pour la simulation historique à venir, sans oublier Josué Mérilien à l’origine. Remerciements à Raymond Alcide Joseph (diplomate) et à Charles Dupuy (historien), pour leur avis éclairé.


autres articles de la série :

HAÏTI Cette Partie Inconnue qui Émerge de NOMS Connus d’un Pays MÉCONNU

print