Les bombardements et les pilonnages qui se poursuivent dans les provinces d’Idlib []Syrie

Les bombardements et les pilonnages qui se poursuivent dans les provinces d’Idlib dans le sud de la Syrie, et de Hama dans le nord-ouest du pays, ont fait des centaines de morts et des milliers de blessés ont forcé plus de 450 000 personnes à fuir vers la frontière turque. L’offensive militaire a été lancée par les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés fin avril, à l’intérieur d’une  » zone de désescalade « .

Les écoles, les marchés et les camps de personnes déplacées ont été touchés et endommagés. Des installations médicales ont dû interrompre partiellement leurs services et ce à plusieurs reprises, au cours des dernières semaines, ce qui a eu pour effet de réduire l’accès aux soins pour les habitants.

Les équipes médicales des hôpitaux de la région, aidées par des organisations humanitaires telles que Médecins Sans Frontières (MSF) doivent faire face à des arrivées constantes de blessés, et travaillent dans des conditions extrêmement difficiles : “Les patients, leurs soignants et le personnel de l’hôpital ont tous des problèmes psychologiques « , a déclaré le directeur d’un hôpital de la région. « Lorsque les avions survolent l’hôpital, certains quittent le bâtiment de peur qu’il ne soit touché. Nous devons souvent vider l’hôpital, inquiets que quelque chose puisse arriver. Il y a des jours où nous devons nous rendre plusieurs fois dans la salle de sécurité lorsque les avions survolent le bâtiment. Mais peu importe le nombre de fois où nous devons interrompre notre travail, nous essayons de garder la salle d’urgence ouverte. Certains hôpitaux de la région desservent des dizaines de milliers de personnes. Nous n’avons pas d’autre choix que d’être là pour eux quand quelque chose arrive. »

La plupart des personnes nouvellement déplacées se sont dirigées vers des zones densément peuplées et vivent maintenant sous des tentes ou en plein air, sous des oliviers. Tous ont besoin de nourriture, d’eau et de soins médicaux. Au cours de ces derniers mois, MSF a distribué des articles de première nécessité et de l’eau potable aux personnes nouvellement déplacées, et installé des latrines dans les camps existants et dans les camps nouvellement créés. Mais les personnes déplacées ont besoin d’un soutien beaucoup plus important que celui qui est actuellement disponible.

« Nous devons actuellement faire face à des centaines de milliers de personnes déplacées qui vivent dans des conditions épouvantables », a déclaré Lorena Bilbao, coordinatrice des opérations pour les programmes de MSF en Syrie. « De nombreuses agglomérations sont très surpeuplées, leurs infrastructures sont inadéquates et leurs conditions de vie ne sont pas hygiéniques. Si les gens n’ont pas d’eau potable, on peut s’attendre à un plus grand nombre de patients souffrant de déshydratation, de diarrhée et d’autres maladies au cours des prochaines semaines. Cela conduira à une nouvelle détérioration de ce qui est déjà une situation dramatique. »

Celhia de Lavarene

Juillet 2019

print