Migration massive du pays de canards ou signe de guérison du syndrome de Stockholm

Migration massive du pays de canards ou signe de guérison du syndrome de Stockholm

La première fuite massive d’Haïtiens vers l’extérieur constatée vers les années 60-70 est attribuée à un régime de terreur instauré. Papa doc issu d’un scrutin truqué le 22 septembre 1957 éclipsant L Déjoie le bourgeois populaire, en est l’auteur. François, pour asseoir sa dictature, s’entoura d’esprits du dernier ordre. Il y avait dressé la meute de chiens féroces telle que connue, des groupes de flatteurs, contre ceux-là qui osaient dire non à la dictature, non aux prisonniers politiques. Non à l’absolutisme qui corrompt absolument ou non à la répartition inégale de richesses nationales. Non aux pratiques dégradantes avilissantes. Oui à la liberté à la dignité humaine. Il ignora en effet une fameuse meringue subséquente : « kanna pa gen zepon nan zago li ».

Le pays de canards aujourd’hui est cet endroit, où l’avilissement généralisé de toutes valeurs saute aux yeux. La décélération la dégradation de tout ne fouette plus la conscience collective. Là où la zombification réussit on ne peut mieux. De bénéficiaires du système à la plume alignée qui adulent malgré tout leur dirigeant-bourreau, atteints sont-ils, du syndrome de Stockholm, sorte d’empathie qui pousse la victime à adorer son bourreau. Du professeur qui matraque encore son élève au mari qui bat sa femme, à la quasi-normalité de l’exercice du droit de cuissage ce canard vit dans l’acceptation de l’inacceptable, continue de dandiner dans la misère dans la maltraitance, attendant la concrétisation de promesses farfelues du pantin de ti simone, qui devront tous deux, nécessairement migrer… du palais au pénitencier, aux yeux mêmes des oies sauvages.

Dar una vuelta (Chilien oblige) dans les différentes rues lézardées de différentes officines diplomatiques en Haïti témoigne de longues files d’attente à toutes heures du jour, et même, dans certains cas de la nuit. Certains iront jusqu’à élire domicile devant les portes fermées du paradis, dans le noir et dans l’insalubrité, et, jurent de ne pas se déplacer sans avoir : sésame sur pain. D’un autre côté, d’autres, intrépides, passent par monts et par vaux pour traverser chez le voisin, qui commence sérieusement à penser à construire « un mur…» Suivez mon regard. Sorte d’eldorado de la pensée. Là où les aigles s’accouplent dans les airs…

Toute cette peine nécessite des débours importants, l’achat de devises à contrecœur, avec une gourde, sans production nationale, sans vraie bananeraie, redevenue « zorèy bourrique » a fini d’appauvrir ces migrants. Ils pourraient, comme plus d’un le soutient, investir telle somme, espérer ce lendemain meilleur. Le problème justement c’est que vu l’état actuel des choses, il n’y aura pas de lendemain heureux. Pour qu’il advienne, cet aller-mieux, vingt-cinq ans plus tard, il faudrait commencer aujourd’hui par une forme de refonte du système, une mise en place d’un plan de développement national durable, béquillé par une justice équitable, là où : dirigeants-bourreaux seraient évincés, arrêtés jugés. Et il y a, je crois, un mot pour dire cela… Révolution !

Spoliés à souhait, ces canards migrateurs se font traiter de tous les maux des fils fautifs d’Israël (Bible). Pourtant, à jeter un autre regard sur eux, on réalise qu’au lieu de se morfondre dans des lamentations léthargiques, ou fatigués de se heurter à leurs dirigeants-bourreaux ils épousent la mentalité de l’aigle et disent non, plus jamais. Ce qui aboutit à une fuite de cerveaux qui sont pour la plupart des boursiers du système, conscient qu’ils sont, lesquels devraient constituer le fer de lance de la reconstruction nationale. Oui, quand la médiocrité est au pouvoir, l’intelligence est un délit. Hélas, dans ce pays, le mot perd sa valeur dans le caquètement des politiciens ! Serait-ce donc vrai que les mêmes causes produisent encore les mêmes effets dans les mêmes circonstances, que ceux qui ne connaissent pas l’histoire soient condamnés à la répéter ?

Si ce lectorat élargi se demande où je veux en venir, but et propos se résument en ces lignes prêtées à une formule puissante, vieille d’environ deux siècles. Elle a réussi et plus personne n’en parle de nos jours. Dixit Thomas Jefferson, « Mais lorsqu’une longue suite d’abus et d’usurpations, tendant invariablement au même but, marque le dessein de les soumettre au despotisme absolu, il est de leur droit, il est de leur devoir de rejeter un tel gouvernement et de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future … ».


lien relatif du même auteur :

les aigles s’accouplent dans les airs

fèmen ti simone

Coercition inversée, Sarko arrêté, Micky est-ce…

http://www.jwm-magazine.com/2018/02/04/ti-simone-a-gagne/

print