Pena Nieto Enlève la Signature de l’ALENA à Lopez Obrador à un Jour d’Intervalle

DIPLOMATIE INTERNATIOMNALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

Pena Nieto Enlève la Signature de l’ALENA à Lopez Obrador à un Jour d’Intervalle

Entre () Canada : quand l’argent de la drogue enlevé aux mains du milieu du crime organisé n’apparaît pas encore aux portes du trésor de l’État. Ni au service de la dette. Fermons-le (). 

La capitale Buenos Aires est plongée dans une drôle de forme de diplomatie avec la signature de l’Accord de l’ALENA au G20 à la Villa Ocampo (San Isidoro) en ce 30 nov. 2018. Un jour d’intervalle soit demain le 1er décembre, le président Andres Manuel Lopez Obrador rentrera en scène pour clôturer le G20, il rate l’occasion ou, est écarté d’un jour de la cérémonie de signature du traité, avec ses homologues américains et canadiens. Pourquoi ? Le diplomate argentin en sait-il plus ?

Henrique Pena Nieto

Si Peňa Nieto ne laisse à Lopez Obrador le privilège de signer l’accord à cause d’un jour d’intervalle, pourquoi lui laisse-t-il alors le lourd héritage de la gestion des migrants sud-américains sur le territoire mexicain, en route vers les frontières américaines ?

Andres Manuel Lopez Obrador

Lopez Obrador va-t-il se défendre de l’héritage sulfureux en utilisant la carte du Congrès US, contre les ressentiments d’un Donald Trump trop envahissant, mais surtout embarrassant. Ce après une longue transition depuis le 1er juillet.

Quel est le point de vue de la diplomatie à Buenos Aires qui a dû s’isoler autrefois des États-Unis, lors de la guerre des Malouines contre l’Angleterre appuyée par les US, mais surtout qui souffre encore de l’après-Kirchner 1&2 ?

Bons baisers de Buenos Aires !

print