Parlementaires et Entreprises suisses souhaitent plus de liens commerciaux avec Taïwan

Des parlementaires et des entreprises suisses demandent à la Suisse de négocier un Accord de coopération économique (ACE) avec Taïwan lors de la réception de la Chambre de commerce Suisse-Taïwan (CCST).

La réception d’inauguration de la CCST s’est tenue le 13 juin dernier à l’hôtel Bellevue à Berne. Une dizaine de membres du Parlement suisse, des représentants du gouvernement et de nombreuses entreprises taïwanaises et suisses ont participé à cet événement. Messieurs les Conseillers nationaux Andreas Glaner, Président de la CCST, et Felix Müri, Président du Groupe d’amitié parlementaire avec Taïwan, ont salué les progrès de la démocratie, de la liberté et du développement économique à Taïwan, et ont exhorté le gouvernement suisse à entamer des négociations en vue d’un Accord de coopération économique (ACE) avec Taïwan. En outre, le Dr Patrick Ziltener, professeur à l’université de Zurich, a souligné dans son discours que l’ACE entre la Suisse et Taïwan apportera de nombreux avantages aux entreprises suisses et créera un effet gagnant-gagnant.

La Chambre de commerce Suisse-Taïwan est créée à l’initiative de membres du Parlement suisse en Suisse. La CCST a pour objectif de renforcer les relations économiques bilatérales et la coopération entre la Suisse et Taïwan, et elle offre une plateforme pour la création de réseaux d’affaires en Suisse et à Taïwan.

Taïwan et la Suisse sont tous deux membres de l’OMC. La taille géographique des deux pays est similaire et leur PIB total presque identique. Taïwan a été le 18e pays commerçant du monde en 2018, et le 7e partenaire commercial de la Suisse en Asie. En 2018, les échanges bilatéraux ont totalisé 3,44 milliards de dollars, soit davantage que les échanges bilatéraux entre la Suisse et le Mexique, la Suède, la Russie ou la Malaisie.

Promouvoir le commerce et les investissements grâce à des Accords de libre-échange (ALE) avec les pays de l’Asie-Pacifique est la stratégie bien connue de l’actuel gouvernement suisse. En tant que pays tourné vers le commerce, Taïwan est un maillon important des chaînes d’approvisionnement de l’Asie-Pacifique. Le renforcement du commerce est la politique à long terme du gouvernement taïwanais. En vue de diversifier le champ de ses structures de commerce extérieur, d’éviter de trop compter sur un marché unique et d’empêcher l’imposition de droits de douane plus élevés et de mesures non tarifaires sur ses produits par rapport à ceux de ses concurrents, Taïwan doit s’efforcer de se placer sur un pied d’égalité à travers des négociations d’ALE avec ses partenaires commerciaux.

Taïwan et la Nouvelle-Zélande ont signé « l’Accord de coopération économique entre la Nouvelle-Zélande et le Territoire douanier distinct de Taïwan, Penghu, Kinmen et Matsu (ANZTEC) » le 10 juillet 2013, entré en vigueur le 1er décembre de la même année. Le 7 novembre 2013, Taiwan et Singapour ont signé « l’Accord de partenariat économique entre Singapour et le territoire douanier distinct de Taïwan, Penghu, Kinmen et Matsu (ASTEP) », entré en vigueur le 19 avril 2014 ; ce fut le premier ACE avec un partenaire commercial de l’Asie du Sud-Est. Ces deux accords de grande qualité et de haut niveau témoignent de la détermination de Taïwan à libéraliser sa propre économie. La plupart des participants à cette réception de la CCST estiment que la Suisse et Taïwan devraient s’engager dès que possible dans de telles négociations d’ACE.

Taïwan a aussi signé un ACE ou un ALE avec 6 pays d’Amérique centrale, notamment le Guatemala, le Nicaragua, le Salvador, le Honduras et le Paraguay, ainsi qu’en Afrique avec le royaume d’Eswatini (anciennement Royaume du Swaziland).

print