Martin vs Zimmerman : aucune raison de se tenir sur

Depuis cinq ans, le Groupe de surveillance DDPA et ses membres de la coalition ont combattu pour les droits de l’homme des personnes d’ascendance africaine dans les pays de l’Afrique du Sud à la Suède et les villes de Berlin à Bahia. Le fléau du racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et Afrophobia connaît pas de frontières. Nous sommes aujourd’hui en solidarité avec la famille de la 17-year-old jeunesse, Trayvon Martin, qui a non seulement perdu sa vie mais a perdu une bataille juridique avec l’esquive de George Zimmerman de punition pour la mort prématurée de Martin. La parodie qui était cet essai fait l’appel pour la justice, la reconnaissance et le développement, les thèmes de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine 2013-2023, tout ce qui en plus pressant. L’action fédérale et internationale est justifiée et nous vous demandons d’écrire le procureur général américain Eric Holder, et des droits de l’homme de l’ONU, Navi Pillay, directeur.
Le fait que le président Obama continue d’ignorer le mandat de la morale internationale pour défendre l’ONU Déclaration et du Programme du Plan d’action de Durban (DDPA) de sorte que le racisme systémique et la xénophobie peuvent être confrontées directement, a contribué à faire de l’acquittement d’un tueur possible. Juste une semaine avant cette décision, une défaite juridique préalable a eu lieu à la Cour suprême concernant la Loi sur les droits de vote dont la victime a est la poursuite de la démocratie. Les deux cas sont ne sont pas indépendants. Malcolm X a parlé de 1964 comme l’année de « Le vote ou la balle. » Le Discours d’un sous message de doublure était que le peuple noir doit contrôler ce qui se passe dans leur propre communauté, et dont les élus ont le bien de la communauté noire au coeur. Près de 50 ans plus tard, nous trouvons nous-mêmes face à une autre année du bulletin de vote ou la balle, c’est seulement maintenant qu’il n’est plus une affaire d’une ou de l’autre. On nous a rappelé récemment la menace d’une génération certainkind des blancs posés par la montée d’une nouvelle population brun et noir majorité en Amérique et son impact profond sur la vie politique nationale comme ils l’ont su par les machinations des politiciens républicains avant la re- élection du président Barack Obama.
2013 est une année de la politique, une autre année d’élections et cette année, la première année de la Décennie des personnes d’ascendance africaine, la variabilité des Afro-Américains pour déterminer qui nous représente dans la politique électorale se démêle. Dans les mots de Frantz Fanon : « Celui qui est réticent à me reconnaître, s’oppose à moi. » Freiner notre disponibilité à choisir qui nous représente restreint notre disponibilité à influencer nos décideurs et comment nos besoins se reconnaissent. Élections impact non seulement qui nous mène, mais qui se nomme postes judiciaires, affectant la nature des lois qui régissent le pays, ainsi que, qui est puni, la nature de la peine, et pour combien de temps.
Afro-Américains ont été durement touchés par le bulletin de vote et la balle Au cours des dernières semaines et parce que les jeunes noirs mâles maquette monter une présence visible d’opposition. Les droits des descendants africains havebeen sans vergogne érodées et ridiculisés à l’invalidation du cœur du Voting Rights Act et aggravés par la banalisation tion de l’Affirmative Action, par des paroles venant de la bouche d’un de ses meilleurs bénéficiaires connus : la Cour suprême juge Clarence Thomas .
Ce sont des questions qui peuvent être considérées comme du scrutin. Le procès de George Zimmerman et son acquittement pour avoir abattu un jeune noir est une question de la balle. Ceci est une autre manifestation de l’absence de l’organisme au sein de nos communautés collectives. L’affaire Zimmerman établit un nouveau précédent pour les exécutions extrajudiciaires de descendants africains dans le 21e siècle. Citoyens noirs non armés ne peuvent pas défendre themeselves de vigiles armés qui sont Afrophobic, c’est à dire ceux accueillant une peur irrationnelle des sensibilités, des cultures et des personnes d’ascendance africaine, peu importe ce que nous sommes dans les quartiers. Cela est particulièrement vrai dans les zones Ceux qui croient racistes n’est pas l’apanage du peuple noir. Apparemment, la Floride tenir vos lois terrestres et d’autres lois similaires seront interprétées par des jurys fanatiques de meansthat nous n’avons aucune raison de se tenir debout.
Croissante xénophobie et le racisme structurel sont des réalités de la vie américaine, malgré les illusions présentés par un secteur certainkind de notre société, que nous vivons dans une société post-raciale. L’assombrissement de l’Amérique en raison du nombre croissant de minorités ethniques a de nombreux conservateurs en pensant que si les Etats-Unis cesse d’être une majorité de pays blanc Ils ne pouvaient plus le considérez comme les Etats-Unis d’Amérique. Alors qu’est-ce que le mari sera du reste d’entre nous – la « minorité » qui doit bientôt demander à la majorité ? Sommes-nous en tant que peuple, pas des Américains ? Ce sont les mêmes conservateurs qui prônent le démantèlement de la Civil Rights Act qui permettra aux États de modifier leurs lois électorales, sans l’approbation du gouvernement fédéral. Alors que les Africains dans les Amériques, nous continuons à faire face à un processus électoral Caractérisé par des barrières raciales au vote ainsi que redécoupage électoral fondé sur la race. Nos amis de la Floride ont prouvé que plusieurs reprises. Le Congrès américain doit être pressé d’adopter un nouveau projet de loi pour déterminer quels États et les emplacements doivent non seulement continuer à obtenir permission de changer les lois de vote, mais trop cher mari le Voting Rights Act, la loi de la terre. Sinon, les droits civils actuels agissent essentiellement permettra aux États et aux municipalités de priver les électeurs des minorités.
Ni le gouvernement ni le pouvoir judiciaire travaille dans l’intérêt non des Afro-Américains ou d’autres personnes-des-couleurs, y compris les musulmans et les immigrés. L’incapacité du gouvernement à travailler dans le pas de résidus du peuple reenforces notre invisibility.We ont droit à une traînée de nos pairs. Et les tribunaux sont mis à notre disposition, mais nous avons été témoins de l’incompétence de la poursuite dont les arguments servir à la victimisation des reenforce Trayvon Martin, cela ne sert à démontrer que sans les ressources financières et sociales nécessaires, l’Etat de droit signifie que très peu. Dans le climat actuel qui existe aux États-Unis, nous sommes désormais jugés coupables avant que des échantillons sont innocents. Et maintenant le résultat de l’Zimmerman d’essai donne effectivement la permission de l’homme blanc moyen d’agir en toute impunité envers toute personne d’origine africaine, il se sent menacé par. Nous sommes confrontés à une forme particulièrement dangereuse de racisme valider les actions des personnes ignorantes et auto-droit.
Les sondages Gallup plus récentes sur la possession d’armes révèlent que 36% des Américains possèdent des armes à feu. De ce nombre 43% sont des hommes. 44% sont blancs et 49% ont une idéologie conservatrice. (Www.statisticbrain.com) Cela signifie que plus de balles possible et sera utilisé contre nous, car aux yeux des racistes pharisaïque nous ne sommes pas dignes de la démocratie, nous ne sommes pas réputés réel (lecture blanc) Américains. Le bulletin de vote et la balle sont utilisés contre nous, et notre frustration doit être exprimée en termes delà indignation polie et appels à l’unité. Nous devons agir. La valeur de la Déclaration de Durban des Nations Unies, le produit des mouvements d’indépendance mondiaux et le Mouvement des droits civiques, a appelé à la ratification universelle de la Convention pour l’élimination de toutes les formes discrimination raciale (CERD.) Alors que les Etats-Unis a ratifié cette conventions en 1994 , il n’a pas présenté les rapports requis depuis 2000 et a boycotté le processus de Durban depuis l’administration de George W. Bush. Malgré la résistance de la bureaucratie de haut niveau, l’importance du CERD doit pas être sous-estimée. Sa mauvaise utilisation et l’abus par les Etats et les municipalités doivent être sérieusement abordées par la société civile au sens large.
Enfin, l’exécution extrajudiciaire de descendants africains n’est pas limitée aux Etats-Unis, mais est une réalité, et un peu documenté un, dans le monde entier. C’était la Déclaration d’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux en 1960 qui a ensuite été suivie par la Convention des Nations Unies 1965 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale qui font pression sur le gouvernement des États-Unis de signer la loi sur les droits de vote. Le travail très important par les militants des droits civiques aux États-Unis a été complété par la pression internationale en provenance de l’extérieur du pays était nécessaire. Une balle peut avoir pris la vie de Trayvon Martin de suite, mais nous ne devons pas laisser la balle à emporter notre disponibilité pour accéder au bulletin de vote et d’être dans une position plus forte pour se débarrasser d’un gouvernement qui ne sert pas ou protéger son peuple. Dans un pays où les descendants d’Africains sont en train de perdre du terrain, embracement officiel du gouvernement du Mandat DDPA serait providesprofessional une mesure de protection pour la deuxième inégalée population de descendants d’Africains dans cet hémisphère. (Voir www.un.org / CMCR / durban.pdf) Nous demandons à nos alliés de fait lire le document pour comprendre comment elle nous des garanties que les descendants africains, des immigrants et des minorités. Avant que le président Obama quitte ses fonctions, il doit faire quelque chose pour protéger ceux qui sont historiquement les plus vulnérables et déshérités : nous, le peuple.
Dowoti Désir

print