En 2001, l’Assemblée générale des Nations Unies déclarait le 20 juin comme la Journée mondiale des réfugiés. Treize ans après, le 20 Juin 2014, 16,7 millions de personnes ont choisi le chemin de l’exil. Du jamais vu depuis la seconde guerre mondiale, selon l’ONU.

Selon un rapport publié par le HCR, le nombre de personnes déplacées en raison des conflits et des crises a dépassé le seuil des 50 millions – 51,2 millions de personnes étaient déracinées à la fin de l’année 2013. « Si ces réfugiés et déplacés formaient une nation, ils constitueraient le 26e pays du monde pour sa population. Nous sommes confrontés à une énorme augmentation de tous les déplacements forcés », a déclaré António Guterres le Haut Commissaire, ajoutant qu’il y a eu 2,5 millions de nouveaux réfugiés syriens et 6,5 millions de déplacés internes en Syrie depuis le début du conflit. Les Afghans, les Syriens, et les Somaliens représentent les groupes de réfugiés les plus importants. Les Syriens forment le plus gros contingent de réfugiés (au 31 mai 2014, ils étaient 2,8 millions), devant les Afghans (2,5 millions) et les Somaliens (1,1 million).
Si l’augmentation massive de réfugies est principalement liée au conflit
syrien, il est à noter toutefois, que des déplacements majeurs de populations ont également eu lieu en Afrique, dans les zones en conflits, en particulier en République centrafricaine et au Soudan du Sud.
« Ce record mondial a un coût énorme pour les donateurs et les pays exposés en première ligne. Il découle de l’incapacité à mettre un terme aux guerres et de l’échec à résoudre ou à prévenir les conflits », a assuré le Haut Commissaire António Guterres.
L’Asie et le Pacifique comptent le plus grand nombre de réfugiés dans le
monde, soit 3,5 millions de personnes. 2,9 millions vivent en Afrique sub-saharienne et 2,6 millions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. 86 % des réfugiés vivent dans des pays en développement. En un an, quelques 10,7 millions de personnes de plus ont été contraintes de fuir leur foyer.
Les pays pauvres accueillent 86% des réfugiés. Le Liban accueille le plus grand nombre de réfugiés par habitant. 1,1 million de personnes ont déposé une demande d’asile en 2013, en majorité dans les pays développés. C’est le chiffre le plus élevé depuis dix ans, en hausse de 15% en un an. L’Allemagne a reçu le plus grand nombre de demandes (109’600), devant les Etats-Unis (84’400). La Suisse était au 10e rang l’an dernier.
La question des réfugiés palestiniens n’a toujours pas trouvé de dénouement, et ce, en dépit du vote de la résolution 194 de décembre 1948 prenant acte solennellement de leur droit au retour. Les quelques 760 000 réfugiés de l’époque, se chiffrent aujourd’hui à plus de 5 millions.
Les chiffres devraient encore augmenter, puisque des milliers d’irakiens
ont été forcés de fuir leurs maisons. Les Nations Unies estiment qu’environ un demi-million d’irakiens ont fui Mosul et que des dizaines de milliers de personnes ont fui les gouvernorats de Diyala et Salah ad-Din.
« En cette journée mondiale des refugiés, nous rendons hommage à la force et la résilience des plus de 50 millions de personnes dans le monde, qui ont fui la guerre, la persécution et les violations des droits de l’homme. Nous devons renouveler notre engagement à mettre fin aux conflits armés, et aider ceux qui ont été forcés de fuir leurs maisons. Une seule famille déchirée par la guerre, c’est déjà trop » a déclaré Ban Ki Moon, le secrétaire général de l’ONU.
{{Célhia de Lavarène}}
Juin 2014

print